« Historienne, Arlette Farge travaille depuis près de 40 ans sur les comportements populaires à Paris au XVIIIe siècle à partir des archives judiciaires. Chercheuse du détail, elle donne voix et chair aux anonymes que l’histoire a souvent fait taire, et transcrit la quotidienneté d’une société orale au détour de scènes singulières et de paroles exhumées des procès verbaux. Rumeur, violence, foule, famille, solidarité… Chargés d’intime, ses sujets esquissent avec finesse les contradictions d’un siècle charnière où, de manière croissante, « les individus offrent une surface de prise à des transformations autoritaires, réfléchies et calculées ».
Depuis quelques années, Arlette Farge entreprend le récit des corps des gens de peu, de ceux qui, comme elle le dit, en « ont fait […] leur unique bien  ».

Un entretien avec Arlette Farge publié dans le numéro 8 de la version papier d’Article11, en février 2011.
Passionnant.
Pour lire l’intégralité de cette discussion cliquer ICI.